DATA

DE LA CREATION DE LA DATA, A SON UTILISATION

Toutes les entreprises Petites, Moyennes ou Grandes, ont la faculté de générer, grâce à leur présence digitale, un grand nombre de traces laissé par leurs utilisateurs ou clients.

Celles-ci sont détectées dès la première connexion depuis un « Device ».  Le fameux cookie déposé sur un ordinateur, ou encore l’information générique délivrée depuis un smartphone.

L’autre élément utile et donc recherché par les entreprises est le Signal. Celui-ci apporte une information plus qualitative sur l’utilisation qui est faite du contenu et sur l’environnement digital qui le présente. Cette donnée définit le comportement de l’internaute. La façon de surfer sur le site, les réactions ou témoignages, l’intérêt par rapport à un produit, ou encore le comportement d’achat peuvent en dire long sur la personnalité digitale de l’utilisateur consommateur.

Toute la subtilité se situe dans la façon dont va être traitée l’information. Quelle granularité celle-ci nous permet elle, et dans quel compartiment allons-nous répertorier tel ou tel comportement, et surtout est ce que ces signaux mêmes faibles sont sources de VAN (Valeurs Ajoutées numériques).

Le volume d’informations est incommensurable.  Nous procréons environ 2,5 trillions d’octets de données tous les jours, que ce soit messages que nous nous envoyons, les vidéos que nous publions, les signaux GPS, ou encore les  enregistrements transactionnels d’achats en ligne. Ceci est  le résultat de notre univers hyper-connecté.

Il devient donc stratégique de savoir  stocker la donnée, la comprendre, la trier donc l’analyser, et enfin l’utiliser, principal challenge sur lequel tous les algorithmes de la planète sont voués à se perfectionner. En effet même si l’algorithmie est dite auto-apprenante, La limite reste néanmoins sur la capacité qu’elle a de créer des nouveaux scénarios. L’intervention de l’Homme reste la seule possibilité de créer l’initiative sur la prise de décision par rapport à un scénario.

Même si l’algorithme peut ajuster les paramètres d’un processus, l’homme doit derrière pour en assurer la bonne mécanique.

La valorisation de la donnée devient un savoir-faire, la data, même la moins explicite possible peut devenir une source d’information, c’est notamment le cas sur les véhicules connectés. En effet d’une information qui de prime abord reste simple, il en ressort une information utile sur le comportement du conducteur, qui pourra lui apporter de manière prédictive et rétroactive des conseils.

La vitesse de collecte à dépasser la capacité de service. Les prochains métiers seront créés en rapport avec ce qui sera collecté.

scene-01-data

Tout l’art du Marketing, du Data Chief Officer ou du CEO est de définir le service à créer en fonction des Datas collectés.

A l’instar des sociétés du Marketing Digital pionnières dans la collecte et l’analyse de la Data, il est important pour une entreprise d’établir un état des lieux référent de ses Datas interne mais également externe (Open Data) en rapport avec le Core Business de l’entreprise.

Cette première étape franchie, il faut classer la ou les sources de données intéressantes, est ce que c’est ma donnée (propriétaire, on parlera de First Data) ; ou bien est ce qu’elle vient d’une tiers entité (on parlera ici de Third Data). Si Data Tiers, ai-je le droit de l’utiliser? Puis-je la commercialiser (CGU) ? Peut-elle me servir pour une ligne de revenu additionnel ?

La Big Data est comme un Iceberg dont la toute petite partie est visible. la partie submergée se révèle de plus en plus face à un consommateur dont la vigilance ne cesse de croître, et de cause à effet sensibilise le législateur notamment sur la clarification des limites que représente le « consentement explicite ».

Le travail de la Data génère une nouvelle organisation de l’entreprise, une nouvelle manière de travailler. L’informaticien a été au début le principal porteur du Projet « Data ». Le juridique, le commercial ou le Marketing n’y prêtait pas plus attention que cela. Aujourd’hui, le Sujet Data doit être porté au plus haut par la Direction Générale pour implémenter une stratégie dans laquelle tous les services sont amenés à collaborer.

Le Rôle de Chief Data Office est de faciliter et de créer du lien entre toutes ces entités vitales de l’entreprise, car toutes les fonctions sont concernées.

L’information répond aujourd’hui à l’instantanéité que requière l’utilisateur, nous le voyons dans le Marketing Digital avec les ad-Exchange publicitaires sollicités par  un nombre d’enchères colossal pour une impression acquise en moins d’une demi-seconde. Néanmoins il est nécessaire de s’octroyer des garde-fous, en prenant le temps sur votre stratégie Data et les décisions à prendre nécessaires à la réussite de votre transition digitale.

Fabrice Clément